L’ canchon des brouettes

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: acquia. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /home/cafougne/cafougnette/includes/bootstrap.inc).

Pour Jean Ott

Quand les grands jours d’hiver sont outre.
Sitôt qué l’ clair printemps s’amoutre,
Tout s’ décafote eddins l’instinct
Du vrai amateur ed’ gardin.

Adon, l’osiau cant et r’ babille,
Et, d’ même, in l’ouverrier s’réville
L’esprit du gardin si goûté
Dùss’ qu’i travalle in plein’ gaîté.

Il d’jà préparé ses s’minches ;
Et, s’i fait bon l’ matin d’ diminche,
L’homm’ d’usine au bin l’ carbonnier
À s’ grand plaisi va gardiner.

Alors not’ cité semble in fiête
In intind l’ canchon des brouettes
Qui jett’ ses amusants couplets
Dins l’ calm’ des usin’s aux arrêts.

À l’ canchon des brouett’s, s’ajoutent
Des bruits d’écalett’s su l’ grand route :
Ch’est l’ pas des femmes aux fins chabots
Et ch’ti des goss’s… Bintôt, là-vo,

D’zeur les camps roux l’ solel débouche.
Alors su l’ fond du ciel tout rouche
Homm’s, brouett’s, s’ombrag’nt in montant
Et form’nt un tableau émouvant.

Par tous les qu’mins et les voyettes
Continu’ l’ canchon des brouettes :
L’ criss’mint des essieux mal graissés
Fait chiffler l’ z’oziaux pourchassés.

D’ gardin à autre in s’interpelle.
Et les camps s’animent d’ pus belle.
Les louchets fait’nt briller leur fiers
Et sembl’nt démucher des éclairs.

Travailleurs del fosse et d’usine.
Au bon air fait’nt r’fleurir leu mine
In s’amusant amical’mint
À ch’ ti qui récolt’ra grand mint.

I faut c’ qui faut, point d’avantache :
Pour un ouverrier, l’ jardinache
Dot être eun’ manièr’ d’agrémint…
I n’ faut point qu’ cha fuche in tourmint.

I cultiv’ra selon s’ n’idée,
Inter deux allum’ra s’ pipée.
Il in prindra d’après s’ plaisi,
Et cha li rapport’ra toudis :

Eun’ saquoi qu’in récolt’ soi-même,
Fort souvint d’ préférence in l’aime.
Dins la vie i n’y-a rien d’meilleur.
Qué c’ qu’in gagn’ par sin prop’ labeur.

À l’automne, à l’ dernièr’ cueillette,
R’prindra l’ fièr’ canchon des brouettes.
L’ bruit des peun’s-tierr’s débiroulant
Form’ra l’ musiqu’ d’accompagn’ment.

L’ canchon des brouett’s s’ra pus grave,
Résultat des efforts du brave ! –
Ardrèch’té, vaillant ouverrier :
T’ brouette alle est pleine à craquer.

Hardi ! et, fier dé t’ savoir-faire,
Mets pas d’zeur les pus gros peun’-tierres,
Garnis d’ joli’s fleurett’s des camps, –
Couronne offert’ par tes infants.

L’hiver, t’acout’ras, brav’ lapite.
L’ canchon des légum’s dins l’ marmite
Quand, t’ journée faite, in pèr’ peinard,
T’arnifell’ras l’ crass’ soupe au lard.

Des légum’s, t’in aras à r’vinte.
T’ ménagèr’ n’ara fauque à printe
Sans gruger t’ pétiots Saint-Guerpin,
Et té jubil’ras d’ contint’mint.

Confiant, té t’ carr’ras à l’ coyètte,
Sans invi’, songeant qué t’ brouette
Au printemps cant’ra mieux mill’ fos
Qu’ l’automobile au cri d’ pourcheau !