Les Boches au Pays Noir

Au cimetière

El canon rembuque à outrance
Des grond’mints d’orag’ continus.
Là-vo pus lon, nos soldats d’ France
Nous défind´nt à grands cops d’obus.

Les insensés

Ces vieux Prussiens gros comm’ des tonnes,
Ces nez à poils, ces tard-vénus,
Fiers comme el bédeau qui bédonne,
D’être à la guerre ils n’ sé sint’nt pus.

Nich gut ! Malheur la guerre !

Ces bons Prussiens, jamais in l’ z’obli’ra…
In l’ z’aim’ trop bin, n’y-a point d’ danger pou cha !
Des gins instruits, à nous aut’s, pauvers simples,
L’avott’nt prédit in prêchant leu-n-eximple.
Ah ! oui les Boch’s sont des gins pleins d’esprit :
In n’ d’a des preuv’s au pays investi.

L’osiau d’ France

L’uniqu’ bonheur qu’in a, ch’est d’ vettier dins l’espace
L’aéroplan’ français qui d’zeur nous vient voler.
Aussi longtemps qu’in peut, dins les airs in suit s’ trace,
In goûtant l’ court momint qu’in a pou l’admirer.

Fraternité

À ces homm’s manbournés par la faim et l’ torture,
In arrivot parfos à glicher eun’ douceur.
Nous partageott’ in frèr’s not’ trop peu d’ norriture ;
Mais l’ Boche nous impêchot d’abréger la douleur.

Fraudeuse

L’ femm’, trannant d’ peur, travers’ les camps,
Evitant les qu’mins, les voyettes,
All’ s’arrêt’ court, l’air hésitant,
Quand les avoin’s branl’nt leus sonnettes.

Humanité

Aux Forg’ dé D’nain, où les Boch’s arbitraires
Vol’nt les machin’s pou nous anéantir,
In fait ouvrer d’nombreux prisonniers d’guerre,
In plein hiver, sans presque les norrir.