Cafougnette pa l’ ferniette

Message d'erreur

  • Warning : simplexml_load_string(): Entity: line 1: parser error : Start tag expected, '<' not found dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): {"version":1.0,"type":"rich","provider_name":"SoundCloud","provider_url":"https: dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Warning : simplexml_load_string(): ^ dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 423 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 427 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans soundcloudfield_field_formatter_view() (ligne 428 dans /home/cafougne/cafougnette/sites/all/modules/soundcloudfield/soundcloudfield.module).

À mes trois gendres Jules, Robert et Félix

Batiss’ Boudenne, un gros bonasse,
Etot parti faire el ducasse
Dins in villach’, point lon d’ichi,
In s’ promettant bin du plaisi.

Il avot ses loqu’s des diminches, –
Capote à pans, souliers qui crinchent,
Montre au gousset, capiau findu :
Vraimint, l’ Tisse i n’ sé sintot pus.

À l’ ducasse, i fait l’ tour del plache.
I va visiter l’homm’ sauvache,
S’ fait dir’ l’av’nir, tourne à qu’vaux d’ bos,
À bilanchoir’ monte el pus haut.

I r’vett’ la guerr’ dins les leunettes ;
I cass’ des pip’s à l’arbalète.
Avec un vieux fusil d’ dins l’ temps,
I tu’ l’ candelle à bout-portant.

I ming’ des frit’s, feum’ des cigares,
S’ fait bousculer dins les bagarres.
I bot des pint’s, s’amusse infin
Comme à l’ ducass’ toute honnêt’ gint.

L’ Tisse est si contint qu’i jubile.
I fait mêm’ la cour à eun’ fill, –
Eun’ tiot’ rouss’lé’, qui n’est pas mal.
Ils s’in vont faire un tour au bal.

Et là ils n’ perd’nt té point eun’ danse.
Batiss’ Boudenne a tout’s les chances :
S’ jonn’ fille all’ danse in n’ peut pas mieux.
Bref, il est tout à fait heureux.

Pour li, ch’est s’ pus biau jour ed’ fiête !
Aussi il adresse eun’ risette
À s’ joli’ danseuss’, chaque instant,
Et s’ pochenn’ sur elle in dansant.

Oui, mais ses galantés manières,
S’ n’air faquin, n’ont pas l’air ed’ plaire
À quelques jonn’s hommes d’ l’indrot
Qui s’ conduit’nt comm’ des maladrots :

Ces jaloux, cha les importune
Qu’un homme, étranger à l’ commune,
Courtise eun’ jonn’ fill’ du pays,
Et, à leu barb’, s’amusse ainsi :

Quatr’ grands paysans s’ form’nt in groupe,
Avec des mains comm’ des escoupes,
Et, dins l’ quadrill’, vont bousculer
Batiss’ Boudenn’, pour l’inchercler.

Boudenn’, qui est aussi fort solite,
Pou s’ dégager i s’ précipite.
Mais i n’ peut point in v’nir à bout ;
I s’ sint serré comme un écrou.

Autant qu’i peut, i tape, i lutte ;
Mais l’ z’aut’s batailleurs, in biêt’s brutes,
À quatr’ contre un, cougn’ tell’mint dur
Qué l’ Tiss’ bourrielle au pied d’un mur.

Il a bintôt l’ nez in compote.
In li déquire es’ bell’ capote,
Puis les dial’s, après c’ vilain tour,
I-impogne’nt el Tisse et l’ fich’nt à l’ cour.

Not’ pauv’ jonne homm’, fourbu, à l’ loque,
D’ rage et débous’mint i suffoque.
Après s’être arposé un peu,
Il arprind l’ grand’ rout’, li tout seu.

Il avanche à pein’ cinquant’ mètes
V’là bin qu’i rinscontr’ Cafougnette !
L’ bon comarat’, toudis gaillard,
Faisot l’ ducasse in père peinard :

« Tiens, qu’i dit Zeph, eh ? queu nouvelle ?
Ah bin ! in va boire eun’ boutelle.
Y a del bonn’ bièr’ là-vo, au coin.
Bé ! qu’est-ce qué t’as, té n’ réponds point ?

In dirot qu’ t’as perdu t’ quinzaine !
Amoute un peu, Batiss’ Boudenne.
Bé t’es plein de cops, té t’as battu ?
Ti, si bon fieu ! Qu’est-c’ qu’il y a eu ? »

Boudenn’ raconte es n’ avinture.
I moutre s’ nez plein d’ boursouflures,
Ses yeux pochés, gonflés, tout noirs.
I-explique el tour qu’i vient d’avoir :

« Ouais, ch’est ainsi ? t’ t’as laissé faire,
Qu’i li dit Zeph, bin queu misère !
Viens m’ les moutrer, ces pal’ferniers !
T’ verras si j’ vas l’ z’arringer !

— Non, n’y vas point, répond Batisse,
Ils vont t’arracher t’ qu’à t’ quemisse.
À quatr’ contre un, té n’y pins’s point ?
Ils vont t’ massacrer à cops d’ poing.

— Acoute, l’ Tiss’, qu’est-ç’ qué t’ racontes ?
Ch’est mi qué j’sus l’ pus fort du monte.
Viens m’ les moutrer, les sal’s mordreux,
Ils vont s’in raller sans un ch’veux !

À l’ port’ du bal, nos gins arbinent.
Boudenne i trann’, comme in l’advine,
In moutrant les mauvais sujets
In train d’ boir’ des verr’s au buffet.

« Mi, dit Boudenn’, jé n’ peux pus m’ battre.
Attintion, Zeph, ils sont à quatre !
— Ah bon, j’ les tiens, les sal’s bafious.
Et n’euch’ point d’ crainte : ej réponds d’ tout.

« J’ n’ai pas eun’ seul’ minute à perte :
Té vos, par el ferniêtte ouverte
J’ vas j’ter les quatr’ grands scélérats…
Va d’ l’autr’ côté, té les compt’ras. »

Boudenn’ fait chu qu’in vient d’ li dire.
Si cha va bin, comme i va rire !
I s’ plach’ din l’ cour, ed l’autr’ côté,
D’us qué s’ ferniêtt’ lanç’ eun’ clarté.

Bintôt, in intind grand tapache.
Dins l’ bal, in fait un tel carnache
Qu’ les cris, les jur’mints claqu’nt dins l’air :
In dirot les diap’s ed l’infer.

Sûr’mint, ch’est l’ combat qui comminche.
Cafougnett’ n’a pas eu d’ patienche.
Tout d’ suite il a tapé dins l’ tas :
I dot là s’ faire un rud’ fracas !

Tout d’un cop, in plein’ batalle,
Un homm’, lancé si fêl’ qu’eun’ balle,
Traverse el ferniêtt’ d’un seul cop :
Brouf ! i va s’ rétindr’ dins l’ rucheau.

« In vl’à toudis un » dit Boudenne…
Mais il ach’vot s’ parole à peine
Qué l’autr’ s’arlévot, tout meurtri,
In s’écriant : « N’ compt’ pus, ch’est mi ! »

Ch’étot l’ vantard ed Cafougnette
Qu’in v’not d’ fair’ dinguer pa l’ ferniêtte !
El pauv’ Boudenne et s’ compagnon
Sont r’partis comm’ deux cueilleux d’ pons.