Cafougnette marchand d’ loques

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: acquia. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /home/cafougne/cafougnette/includes/bootstrap.inc).

À Alphonse Terroir

Zeph Cafougnett’, jeune à l’époque,
S’étot établi marchand d’ loques.
In s’in rappelle,… Ch’est quand s’ baudet
Il a parti pou s’ingager.

Un baudet, grand comme eun’ maguette,
Eun’ tiot’ carriol’ commen eun’ brouette,
Suffisott’nt à not’ huberlu
Pou carrier ses fouff’s n’import’ dù.

Oui ! mais i fallot qu’i s’ déplache
Pour acater l’ z’ objets d’ ménache :
Assiett’s, goblets, terrin’s, bidons,
Qu’i vindot contr’ des vieux chiffons.

Et Cafougnett’, par poltronn’rie,
N’avot jamais pris l’ train d’ sa vie !
I fallot pourtant l’ prindre, c’ train,
Pou sin commerc’, un biau matin.

C’ voyach’ li donnot les fièvr’s sottes !
In li-avot expliqué, intre autes,
Qu’ pou printe es’ billet sans innui,
Faut fair’ comme ch’ti qui s’rot d’vant li.

Eune heure ed’vant qué l’ train n’arrive,
Cafougnett’, déjà su l’ qui-vive,
Etot à la gar’ du qu’min d’ fier,
Trist’ comm’ quéqu’un qui-a fait d’ travers.

I s’ tourmintot tell’mint l’ caboche
Qu’ pinsant d’ print’ du toubac dins s’ poche,
I saquot l’ zostèr’ pa l’accroc
Del banquett’ dù qu’i s’arposot !

Infin, v’là qui rappliqu’ du monte.
Cafougnett’ finit dé s’ morfonte.
Et r’vett’ passer les voyageurs.
I n’in connot point, par malheur.

Soudain, i-arriv’, – comme eun’ tempête –
Un cuirassier d’au moins deux mètes.
I m’not s’ bancal comme in infant
Dé s’ main mailloté’ d’un gant blanc.

L’ gaillard rimplissot tout’ la gare.
I s’ardréchot si raid’ qu’eun’ barre
Et buquot s’ sabre à continu,
Quéqu’fos qu’in né l’arot point vu !

Cafougnett’ pins’ : « V’là chi m’ n’ affaire…
J’ vas m’ mettr’ tout près dé c’ militaire.
J’ cros qu’ dé c’ cop-chi j’ai trouvé l’ joint.
Eun’ buqu’ parell’, j’ né l’ perdrai point ! »

V’là l’ sall’ d’attent’ plein’ tout et outre.
Un imployé douch’mint s’amoutre
Et délivre infin les cachets.
Les gins s’ pochenn’nt comm’ des saurets.

Pour êtr’ servi, chacun s’ débroulle.
Not’ cuirassier s’ mélange à l’ foule,
Et Cafougnette i suit l’ soldat
Sans n’ pus jamais l’ quitter d’un pas !

Près du guichet, tout à l’ foufielle,
In ouvrant tout’ grand’ ses orelles,
Il intind l’ cuirassier qui dit :
« Un’ troisièm’, militair’, Paris. »

A s’ tour, Cafougnett’, comme un diape,
S’écrie in approchant del trappe :
« Ah ! bin à ch’ t’ heur’ j’in sortirai !
Eun’ troisièm’, marchand d’ loqu’s, Cambrai ! »

Jules Mousseron