Botout l’ saouleux

Message d'erreur

User warning: The following module is missing from the file system: acquia. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1156 of /home/cafougne/cafougnette/includes/bootstrap.inc).

À Maurice Ruffin

Y-a-t-i quéqu’un d’ pus malhéreux
Qu’eun’ femm’ qu’all marie un ivronne ?
Y-a-t-i pus vilain qu’un buveux
Qui rintr’ saoul chaqu’ jour à s’ maisonne ?

Un gaillard qui-avot c’ défaut-là,
Ch’tot Botout, l’homme à Philomène.
Quand i touchot s’ quinzain’, recta,
I buvot pindant eun’ sémaine.

S’ pauv’ femme, – Mémèn’, comme in l’app’lot, –
Alle a bin eu du mau pou vive.
Pindant qu’ sin homme i brissaudot,
Follot qu’all’ vach’ fair’ des lessives.

Pourtant, alle a eu six infants,
Tertous bin él’vés, gràce à elle,
Aussi all’ tot vielle avant s’ temps,
Usé’ d’avoir té à l’ cuvelle.

All’ n’a vécu qu’ dins les tourmints.
Si ses mioch’s n’ont point eu d’ misére,
Ch’est qu’ Mémène all’ n’ mingeot à s’ faim
Qu’ au momint d’ l’arrachag’ peun’-tierres.

Mais ses infants, ils ont grandi ;
Les mauvais jours i-ont été oute ;
Tout l’ monne a ouvré p’tit-à-p’tit…
À ch’t’heur’ les v’là mariés tertoutes.

Ses fill’s et ses garchons, bons fieux,
Sont pleins d’ soins pou maman Mémène.
Ch’t’à ch’ti qui l’ dorlot’ra d’ sin mieux,
Par mill’ douceurs, ils l’intrétiennent…

C’ bonn’ femm’, qui a tant chamaillé,
Trouve in ses infants s’ récompinse.
Quant à s’n’ homme, li, i-a continué
À boir’ plus in pus, à fair’ guinse.

Pou cha, Mémèn’, cha li-est égal
All’ n’est point veuv’, mais ch’est tout comme.
Ses infants l’aim’nt : ch’est l’ principal…
All’ n’ sait pus si alle a un homme.

All’ veut bin préparer les r’pas
Pour euss’s deux, car ch’est eun’ bonn’ femme ;
Mais si s’ n’homme i s’ saoule et n’ rintr’ pas,
Mémène all’ minge et… bon tout d’ même !

Eun’ fos, vers onze heur’s du matin,
Mémèn’ tout’ seul eddins s’ cahute,
Pleumot ses peun’-tierr’s tranquill’mint
Pou l’ diner, comme à l’habitude.

Assis’ su s’ tiot kéïère ed’ bos.
Alle ouvrot in rêvant, l’ bonn’ vielle.
S’ peun’-tierr’ pleumée, alle el jettot
Dins l’ séyau d’iau à côté d’elle.

V’là qu’i rintre un homme à s’ maison.
Et c’t homme avot l’air bin in peine.
Tout pâle, i trannot, l’ pauv’ garchon,
In s’approchant del bonn’ Mémène :

« Bonjour, Madame, excusez-moi,
D’entrer chez vous en camarade…
C’est pour vous dire un’ trist’ saquoi :
Monsieur Botout est bin malade.

— Bah ! répond l’ vielle in continuant
D’éplucher ses pétot’s, sans fièvre,
Botout i-est malate ? Et d’puis quand ?
C’ matin i-a cor bu deux grands g’nièvres.

— Non, Madam’, ne vous frappez pas…
Il n’est pas malad’… Je m’explique :
Il est bien blessé, en tout cas. »
L’ viell’ all’ n’ boug’ point, non pus qu’eun’ brique.

All’ rest’ su s’ kéïer’ comme un bloc,
Pluche un peun’-tierr’, sans arnicroche,
Puis l’ jett’ dis l’ iau et cha fait « floc »,
In n’intind qu’ cha et l’ grande horloche.

« Prenez votr’ courage à deux mains,
Madame, c’est malheureus’mint grave :
Boutout, au cabaret, c’ matin,
Est… tombé dans le fond d’ la cave.

— Hein, queu malheur, i-étot cor saoul ?
C’ sal’ buvatier n’in fait point d’autes ! »
Et Mémèn’, pas ému’ du tout,
Dins l’ séyau jett’ cor eun’ pétote.

« Madam’, j’ai un’ bien trist’ mission ;
Mais… calmez-vous, je vous en prie…
N’ vous souciez pas d’ mon émotion…
Ah ! c’est bien peu d’ chos’ que la vie !

— Oui, Monsieur, ch’est la vérité…
Mais, cha va s’ passer, fait’s “sissite !”  »
« Floc » cor un peun’-tierr’ ed’ plaumé :
In l’intind kaïr dins l’ marmite.

« Madam’, n’ vous frappez pas ainsi…
Mon Dieu…, vous n’êt’s point seule en peine.
Je suis bien éprouvé aussi.
On a tertous chacun les siennes.

« Mon grand-père est mort y-a longtemps,
C’est trist’, car i pouvait s’ remette.
Le pauvre homme à quatre-vingt ans,
Pouvait cor dormir sans lunette…

« Mais, pour vous, c’est bien plus navrant…
Boitout… dans sa chut’… sur un’ tonne…
— J’ comprinds ! Ch’est cor pour mi, l’ passe-temps.
Ah ! i-ara cor eun’ prop’ marronne !

— Madam’, c’est bien plus triste encor…
N’ vous effrayez pas, soyez brave :
Boitout… votr’ pauvr’ mari… est mort
En voulant vider tout’ la cave !

— Mort !… Pourtant ch’tot un bon buveux !
I n’ d’étot point à s’ premièr’ cuite !
Mort !… Ej’ cros bin qu’ ch’est malheureux !…
Mais i fallot mé l’ dir’ pus vite.

« V’là eune heur’ qué vous torténez.
Vous m’arott’s dit tout d’ suit’ l’affaire !
J’ vas êtr’ tout seul pou mi dîner :
J’ n’aros point pleumé tant d’ peun’-tierres. »